Jeu à l’aveugle

Jeu à l’aveugle

Variante suivante : Fischer random chess
Retour aux variantes

Parties à l’aveugle

Les parties à l’aveugle sont une variante du jeu d’échecs dans laquelle l’un ou les deux joueurs qui jouent ne voient pas l’échiquier, et s’annoncent donc les coups oralement. Cette forme de jeu très spectaculaire est principalement utilisée lors d’exhibitions, ou de démonstrations.

morphy_paris1858
Paul Morphy en démonstration à Paris, en 1858

Sommaire

1. Image mentale de l’échiquier
2. Records

Comment les joueurs font-ils pour mémoriser la partie ?

Contrairement à une idée reçue, la plupart des joueurs de parties à l’aveugle n’ont pas tous une image photographique de la position sur l’échiquier, à chaque instant donné. Si chaque joueur qui pratique ainsi est capable de citer les cases accessibles sur l’échiquier à chaque pièce à l’instant T, l’enchaînement des déplacements précédents est aussi souvent mémorisé. Avec de l’entraînement, un joueur expérimenté et concentré est capable de mener à bien une telle partie, même si son niveau de jeu sera sensiblement rabaissé.

aveugle_bilbao
Tournoi de Bilbao

Image mentale de l’échiquier

La question du processus de représentation mentale de l’échiquier n’est pas absolument résolue. Hyppolyte Taine pensait pour sa part que les joueurs d’échecs à l’aveugle avaient une mémoire visuelle de l’échiquier, que c’était là un cas général et universel. Puis, après les réflexions d’Henri Bergson, qui pensait que les joueurs refaisaient la partie dans leur esprit en déployant sa théorie de pensée « schéma-image », la question était encore d’actualité.

simultanee_aveugle

Bergson pensait que les joueurs rejouaient systématiquement le début de la partie dans leur esprit afin de retrouver la position actuelle des pièces sur l’échiquier. Or, cela n’est qu’exceptionnel. Christophe Bouriau, ayant interviewé Éric Prié sur ce processus, souligne le fait que les joueurs n’ont pas à se représenter en image toutes les pièces sur l’échiquier pour mener à bien la partie, mais qu’ils voient plus des schémas de rapports de force en présence. La question reste donc toujours plus ou moins d’actualité, à propos de la représentation intérieure de l’échiquier.

jeu_aveugle
Un jeu spécial pour non-voyants

Records

En 1960, George Koltanowski jouera contre 56 joueurs à l’aveugle, à San Francisco, mais consécutivement, et non simultanément.