Fischer random chess

Variante suivante : Simultanées
Retour aux variantes

Le Fischer Random Chess (ou Chess 960) est une variante pour jouer aux échecs en utilisant les déplacements habituels des pions et des pièces, mais en changeant systématiquement la configuration de départ, la position initiale des pièces étant définie par un tirage au sort.

La position initiale

La position initiale doit juste conserver les éléments suivants :

– Les pions se placent comme d’habitude, sur la deuxième rangée.
– Le roi doit se trouver quelque part entre les deux tours, afin que le petit roque et le grand roque soient possibles.
– Les fous doivent débuter sur des cases de couleurs opposées (une noire et une blanche) ;
– Les pièces noires et les pièces blanches doivent être placées de manière symétrique.

Chess960
Exemple de position initiale

Chess960

Déroulement d’une partie : des logiciels comme Rybka permettent de jouer aux échecs aléatoires.

Le tirage au sort

de_blancpiece_2eurospendule_960

La position initiale des pièces est définie par un tirage au sort :

Il existe plusieurs manières pour l’effectuer, par exemple avec un dé, une pièce, ou avec la pendule électronique qui inclut cette possibilité au sein de son programme.

Prenons l’exemple de la pièce.

Pour obtenir un nombre entre 1 et 4, on procède ainsi :

On compte 0 point pour le côté pile lors du premier essai, 1 point pour ce même côté pile lors du deuxième tirage, 2 points pour le côté face dans les deux cas.

Pour le dé, on peut aussi relancer le dé quand il sort un chiffre qui ne correspond pas à une possibilité.

Pour placer le Fou de cases noires :
Grâce au tirage entre 1 et 4, on pose le fou blanc sur a1, c1, e1 ou g1.

Fou de cases blanches :
On réitère l’opération avec les cases b1, d1, f1 ou h1.

Pour placer le Roi :
Le Roi doit être entre les deux tours, donc il reste 4 cases accessibles (on retire les cases occupées par les fous et la case vide la plus proche de chaque coin. (tirage entre 1 et 4).

Pour placer les Tours :
Chaque Tour se place de chaque côté du roi. Il peut éventuellement y avoir deux cases de libres, ou 3, selon le côté. Pour le côté à 2 cases, on ne tire qu’une pièce, pour le côté à 3 cases, retirez si vous tirez 4.

Placement de la Dame et des cavaliers :
Il ne reste que 3 cases de libres. Tirez au sort le placement de la dame (entre 1 et 3), donc retirez si vous obtenez 4 (c’est plus simple avec un dé, vous divisez le résultat par 2).

Et les 2 Cavaliers vont sur les 2 cases restantes.

de_960

Le roque

Pour le roque, la règle est effectivement chamboulée, puisque la plupart du temps, le roi et la tour ne partent pas de leur case initiale pour l’effectuer.

La règle est la même pour ce qui concerne ses conditions : ne pas avoir bougé la tour ni le roi, ne pas être en échec, ne pas passer par un échec, et n’avoir aucune pièce sur le chemin des deux pièces concernées jusqu’à leur case respective d’arrivée.

Pour la position d’arrivée après avoir roquer, il faut juste considérer que l’on doit se retrouver dans la position normale après avoir effectué le petit roque ou le grand roque, selon si on joue avec les noirs ou avec les blancs : si on a les blancs, le roi débute normalement sur une case noire (e1), donc si on veut roquer sur sa droite, on doit faire arriver son roi sur g1, et la tour qui était placée du côté droit du roi devra arriver en f1. Pour le grand roque, on fera arriver le roi en ç1, et la tour qui aura débuté la partie sur sa gauche en d1.

Autrement dit, on libère toutes les pièces de l’espace nécessaire pour lequel le roque serait possible habituellement, et on fait arriver le roi et la tour dans leur position finale après le roque habituel.

Ce qui change

Le jeu d’échecs est ainsi respecté, et seule la théorie des ouvertures, comme on peut évidemment s’en douter, change complètement, et n’est absolument plus d’aucune utilité.