Idées du milieu de jeu

Un secteur décisif

On dit que les parties d’échecs se gagnent souvent dans le milieu de jeu. Et cette affirmation est effectivement vraie, dans la majorité des cas.

Bien sûr, la différence peut se faire à tout moment, et il est possible de prendre un avantage décisif ou de faire une erreur irréversible dès le début de la partie, comme d’y prendre un chemin qui rendra la partie plus ou moins facile, ou plus ou moins compromise, mais dans une direction prévisible.

La partie peut aussi rester équilibrée durant toute la traversée du milieu de jeu jusqu’à l’entrée en finale, qu’elle soit restée tendue de chaque côté et que la pression réciproque ait finalement permis aux deux camps d’en ressortir avec une égalité objective une fois toutes les pressions disparues, ou bien plus calme et qu’aucun des joueurs n’ait pu animer les choses pour créer un rythme suffisant et obtenir un avantage.

Mais le plus souvent, les joueurs peuvent jouer une ouverture tout à fait logiquement de part et d’autre jusqu’à un certain stade, et c’est précisément avec la complexité du jeu qui va devenir plus importante, vers la fin de l’ouverture et au début du milieu de jeu, qu’un des joueurs va pouvoir mieux comprendre la position, voir un peu mieux et un peu plus loin, et en tirer un avantage au détriment de son adversaire, puis le conserver.

Les idées du milieu de jeu sont effectivement les plus importantes, dans une partie d’échecs, et les plus intéressantes à exploiter. Prépondérantes pour essayer d’arriver à la victoire, en tout cas pour celles qui permettent la prise concrète d’un avantage, souvent déterminant : soit positionnel, soit tactique.

C’est en effet dans le milieu de jeu, grâce à sa réflexion et à l’élaboration du meilleur plan, qu’on obtient le premier la possibilité de gagner sa partie.

Notamment dans les matchs importants et à priori équilibrés, également, pour lesquels les deux joueurs sont également préparés, et ayant choisi et jouant une bonne ouverture selon la théorie, et la maîtrisant de manière sensiblement égale.

Le milieu de jeu permet effectivement de prendre l’ascendant, un avantage plus ou moins important sur son adversaire, et préparant la fin de partie permettant si possible de le concrétiser.

C’est dans le milieu de jeu, une fois que les joueurs sont face à face devant l’inconnu, que le joueur analysant le mieux sa position, et le plus loin possible, va pouvoir tirer parti de sa réflexion.

Pour la plupart des joueurs intermédiaires, qui ont appris parfois le jeu de manière imparfaite, le milieu de partie est parfois un « mur » devant lequel ils se retrouvent confrontés, soit par manque d’idées (après l’ouverture, ils ne savent plus quoi faire), soit parce qu’ils se rendent compte que les plans qui s’offrent à eux ne sont pas toujours très intéressants pour eux, sans savoir pourquoi.

Nous allons à présent étudier la plupart des thèmes importants du milieu de jeu, ceux qui doivent vous motiver à améliorer votre position constamment, à jouer les coups les plus efficaces et les plus pertinents possibles dans vos parties, à chaque instant.

Les idées d’attaque

Provoquer un affaiblissement (à venir)
Améliorer la position d’une de ses pièce
Recycler une pièce (à venir)
Préparer l’ouverture d’une colonne (à venir)
Centraliser une pièce (à venir)
Libérer une pièce (à venir)

Les idées en défense

Liquider une faiblesse (à venir)
Mettre le roi en sûreté
Roquer (à venir)
Préparer la fuite du roi (à venir)
Renforcer la sécurité du roi (à venir)
Préparer le repli d’une pièce (à venir)