Echecs féeriques

[lang_fr]
Enoncé féerique
Problèmes hétérodoxes
Exemples d’énoncés féeriques
Conditions féeriques
Pièces féeriques

Echecs féeriques

Ce terme désigne certaines variantes du jeu d’échecs, utilisant notamment des pièces imaginaires. Il est principalement utilisé pour des compositions échiquéennes, pour indiquer que les règles habituelles du jeu ne sont pas respectées, ou que la nature de la question diffère des questions habituelles.

Ce terme a été employé pour la première fois par l’Australien Henry Tate, en 1914. Il correspond à l’une des huit sections d’un Album FIDE, qui regroupe les problèmes féeriques.

Le côté féerique d’un problème peut venir de l’un ou de plusieurs éléments, parmi les choix suivants :

– Utilisation d’un énoncé féerique.
– Utilisation de conditions féeriques (on parle aussi de « genres féeriques »).
– Utilisation de pièces féeriques.

Enoncé féerique

C’est la particularité des échecs féeriques, que d’avoir éventuellement recours à des énoncés féeriques, qui ne respectent pas les règles habituelles du jeu d’échecs.

Précision sur les problèmes hétérodoxes

Les problèmes hétérodoxes sont :
– Les mats aidés (les noirs aident les blancs à les mater).
– Les mats inverses (les blancs obligent les noirs à les mater).

Ils ne font pas partie du domaine des échecs féeriques, car même si l’énoncé est inhabituel pour un joueur de partie, c’est un énoncé qui respecte parfaitement les règles du jeu d’échecs.

Exemples d’énoncés féeriques

– Les mats réflexes : comme les mats inverses, mais avec une condition supplémentaire : dès qu’un camp a la possibilité de donner échec et mat, il en a l’obligation (ces problèmes sont féeriques, parce que l’énoncé interdit de jouer certains coups qui sont pourtant parfaitement légaux)
– Les problèmes de série – celui qui joue dispose d’une série de coups sans réponse de son adversaire (ce genre va à l’encontre de la règle d’alternance des coups du jeu d’échecs).

Conditions féeriques

Une condition féerique est une modification des règles du jeu d’échecs, qui s’applique à l’ensemble, ou à un sous-ensemble, des pièces présentes.

Ces modifications peuvent concerner le but à atteindre, l’échiquier, les cases de l’échiquier, les règles de déplacement, les règles de prise, …

Pièces féeriques

Une pièce féerique est une pièce qui n’existe pas dans le jeu d’échecs traditionnel, mais qui est utilisée dans certaines variantes du jeu d’échecs et/ou dans des problèmes d’échecs féeriques.

Les pièces féeriques les plus communes sont le cavalier de la nuit (ou noctambule), la sauterelle, le chameau, le dromadaire, l’impératrice…

[/lang_fr]

[lang_en]
– Vocabulary
– Some quotes
– Fairy Chess

Fairy chess

chess problems that differ from classical (also called orthodox) chess problems in that they are not direct mates. The term was introduced before the First World War. While selfmate dates from the Middle Age, helpmate was invented by Max Lange in the late 19th century. Thomas Dawson (1889–1951), pioneer of fairy chess, invented many fairy pieces and new conditions. He was also problem editor of The Fairy Chess Review (1930–1951).

Prichard in Encyclopedia of Chess Variants [ ISBN 0-9524142-0-1 1994] acknowledges that the term is sometimes used for games although it is more usually to problems where the board, pieces or rules are changed to express an idea or theme impossible in orthochess’.

Types of fairy chess problems

[Haut de page]
Types of fairy chess problems include:

All problems in the FIDE Albums are divided into eight sections: directmates (2-movers, 3-movers and moremovers), endgame studies, selfmates, helpmates, fairy chess and retro and mathematical problems.

[/lang_en]