Jouez !

Jouer amicalement
Jouer à l’école
Jouer dans un club

Jouez immédiatement avec Shredder Chess

Bonjour, et bienvenue sur Echecs pour tous ! Si vous le souhaitez, aux blancs de débuter.

[chess http://play2.shredderchess.com/online/playshredder/playshredder.php?lang=en 450]

Présentation de votre adversaire, le logiciel Shredder Chess

Jouer aux échecs

Il existe plusieurs manières de jouer aux échecs, car si le jeu et ses règles sont identiques partout dans le monde, on peut exécuter une partie d’échecs à différents niveaux, avec une attention totalement différente selon son contexte, de la manière la plus réfléchie qui soit, à la plus amicale.

Selon son style, ses connaissances et son envie, sa motivation et les moyens mis à sa disposition, il existe toujours une manière de jouer ou de s’essayer au jeu d’échecs, quelle que soit sa situation.

D’une part, il y a différentes manières d’apprendre à jouer, dans un premier temps.

Il y a tout d’abord la possibilité d’apprendre les règles de plusieurs manières, on peut ainsi commencer seul avec un livre, apprendre avec quelqu’un, ou à présent sur internet, avec Echecs pour tous, par exemple.

Il y a parfois la possibilité d’être initié à l’école, avec un ami ou une personne de se famille, cela est également possible. Ou enfin, comme c’est assez logique et assez fréquent également, au sein d’un club d’échecs, avec un entraîneur. Il y a donc différentes manières d’apprendre à jouer aux échecs, toutes intéressantes, et on peut commencer à jouer et à apprendre jouer seul, ou en groupe.

Puis, très rapidement et en toute logique, il est alors possible de se mettre à y jouer et de pratiquer d’emblée quelques parties, amicales, ou même de passer à l’étape de la compétition.

Pour le lieu et la manière de jouer, il est possible de le faire de chez soi, ou en tout autre lieu.

Et il est même possible de faire la distinction entre jouer de manière réelle, ou virtuelle : il est possible de jouer avec un ordinateur, un logiciel ou une personne qui joue également sa partie de chez elle, ou bien contre n’importe quel adversaire physique, en face à face.

En parties amicales

On peut donc déjà jouer des parties d’échecs amicalement, en premier lieu : en famille ou entre amis, entre collègues, ou même à l’étranger. Le jeu est vraiment développé et connu partout dans le monde, et le nombre d’amateurs et de joueurs occasionnels est réellement élevé.

En club

On peut envisager d’apprendre à jouer et de s’inscrire dans un club d’échecs, pour commencer, ou ultérieurement, d’ailleurs. C’est en général le meilleur moyen, et le plus motivant pour progresser. Un club amène généralement à se lancer vers la compétition, à rencontrer d’autres joueurs partants pour y participer, et à s’y tester le plus vite possible.

Jouer en club

A l’école

Le jeu est souvent proposé à l’école, soit en primaire, soit en secondaire : sur le temps du midi, sur le temps scolaire ou périscolaire. Apprendre à l’école permet ainsi de jouer dans un esprit accessible et studieux, entre la découverte, le loisir et la compétition. Pour les enfants, il est tout à fait possible de s’en tenir aux parties amicales, pour essayer et pour comprendre, comme d’essayer de participer à un premier tournoi scolaire, toujours mémorable pour ceux qui font ce choix.

Jouer à l’école

Jouer avec un ordinateur

Il est possible de jouer avec un ordinateur également : soit contre un ordinateur physique (ordinateur électronique qui indique ses coups en allumant des diodes sur le coin de son échiquier et dont il faut jouer les pièces), soit sur un ordinateur possédant un logiciel d’échecs. C’est cette pratique la plus répandue aujourd’hui, d’ailleurs. Les consoles de jeu permettent aussi de jouer aux échecs, quel que soit le modèle possédé.

Jouer sur internet

Jouer sur internet est une pratique de plus en plus étendue actuellement.

Jouer sur internet

Il semble assez évident de dire au sujet du jeu d’échecs qu’apprendre ses règles et l’étudier un peu, chercher à résoudre des combinaisons et trouver des solutions à des problèmes logiques, est déjà une bonne chose en soi.

Il semble encore plus évident (et vrai) de dire qu’on ne peut prendre vraiment conscience de son intérêt qu’en y jouant, seulement après avoir pris soi même la décision de s’y mettre, à se tester, et à se lancer sérieusement dans plusieurs parties. Et alors de se rendre compte et de vraiment prendre conscience de ce qu’il apporte et de ce qu’il amène à ses amateurs, et donc de l’apprécier.

Dans la mesure où le jeu d’échecs est avant tout un jeu, par définition et par essence, il est vrai que c’est évident qu’il est mieux d’y jouer plutôt que d’en parler, et c’est un argument il est vrai assez difficile à nier.

Et en règle générale, et quel que soit le jeu ou la matière à essayer, jouer est une étape forcément importante, souvent indispensable avant d’espérer un jour pouvoir l’emporter, bien sûr. Et même pour simplement pouvoir réussir à comprendre, et s’amuser.

Et même si pour certains la confrontation à un contre un n’est pas si évidente (et cela est de plus en plus vrai une fois que le temps passe), ou pour qui la confrontation ou la victoire n’est pas un but forcément impératif (ce qui est évidemment respectable), l’étape du jeu s’avère pourtant nécessaire si on souhaite tout simplement tester, observer et bien prendre en main ce jeu, et simplement bien le comprendre.

Cela permet ainsi d’en même temps s’amuser (y compris de ses erreurs lorsqu’on débute, mais même plus tard), de les raréfier, de s’améliorer, et si pour finir on effectue le choix de commencer à s’entraîner, ce n’est à mon avis jamais du temps de perdu, et presque toujours un plaisir partagé.

En tout cas, si jouer aux échecs apporte à la fois un plus et un bon moment, c’est alors un résultat tout à fait excellent, et c’est pour cette raison une pratique à recommander, à tester, et à encourager.