Le Coup du berger

Retour au menu

Le coup du berger

berger_nb

Le « coup du berger », qui s’il atteint son but, se transformera alors en « Mat du berger », illustre la faiblesse initiale du pion situé sur la colonne « f » de l’échiquier, soit le pion « f7 », pour les noirs.

C’est le coup favori des débutants, et sans doute le plus renommé. Il permet de tenter de mater les noirs en 4 coups (et non pas 3), et est relativement simple à mettre en oeuvre. Même s’il ne réussit pas, la position qui s’ensuit n’est pas désespérée.

Le coup du berger n’est pas appelé partout de la même manière, dans tous les pays. En France par exemple, en Turquie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, au Portugal et en Amérique latine, ce coup se surnomme effectivement le « Coup du Berger ».

Mais en Italie, en Grèce, en Iran et dans bien d’autres pays encore, c’est différent. En Italie, par exemple, on l’appelle le « Coup du barbier », en Grèce, en Iran et dans la plupart des pays de langue arabe, on utilise le terme « Coup de Napoléon ». En Russie et en Pologne, on l’appelle le « Mat de l’enfant ». Et au Danemark, en Hongrie, en Slovénie et en Israël, il prend enfin le nom du « Mat du cordonnier ».

La faiblesse de la case f7

Cette case est souvent essentielle. C’est à la fois la case la plus faible au début, puisque seul le roi la protège, et c’est pour cette même raison une des plus dangereuse, puisqu’elle peut être l’emplacement de l’arrivée préparée de la dame adverse, qui aboutirait ainsi à un échec et mat. Le thème et l’idée du mat du berger sont basés sur cette simple observation.

Illustration

Le coup du berger

La prise ou la capture définitive du pion f7 entraînera souvent un échec et mat rapide, surtout en cas de prise par la dame. Car dès qu’elle sera soutenue par une pièce et que le roi restera son unique défenseur, les cases de fuite du roi noir seront très limitées.

Comme le montre la partie suivante, très rapide :

1.e4 e5 2.Fc4 Fc5 3.Df3

Ici, le camp blanc attaque donc deux fois le pion f7 : une fois avec le fou en ç4, une deuxième avec la dame en f3. Les Noirs peuvent soit avancer le pion en f6 pour le protéger par un autre pion et la dame, mettre la dame ou le cavalier en f6 pour intercepter l’attaque de la dame, mettre un pion en d5 pour intercepter l’attaque du fou.

Par contre, s’il ne le font pas, s’ils ne tiennent pas compte de la (grave) menace des blancs, comme en jouant par exemple :

3…Cc6 ??

La dame peut, protégée par le fou, capturer sans problème le pion f7, sans risquer d’être reprise par le roi, et mettre ainsi fin à la partie :

La position du coup du berger Animation du coup du berger

4.Dxf7 , mat.

Les défenses pour l’éviter

Cependant, il faut aussi noter qu’il existe (bien sûr, et heureusement) plusieurs parades, dont le déplacement du cavalier en f6, par exemple, qui développe la position noire et laisse la dame blanche exposée en f3, exposée aux pièces mineures adverses, et privant le cavalier g1 de la meilleure case pour se développer.

Simple protection du pion Simple développement du cavalier

L’autre tentative pour le tenter

L’ordre des coups suivant semble toutefois plus vraisemblable de la part de débutants (autant pour les Blancs que pour les Noirs) et laisse moins de chance que le 2e coup noir, soit Cf6 (qui empêcherait 3. Dh5) :

1. e4 e5
2. Dh5? Cc6
3. Fc4 Cf6??
4. Dxf7 mat


La position du coup du berger dans cet ordre de coups


Animation dans cet ordre de coups

L’autre tentative pour le parer

Dans ce cas, la solution pour le parer n’est plus de sortir le cavalier en f6, mais toujours de protéger le pion, ou de chasser la dame en avançant le pion g6.

Simple protection du pion Poussée du pion qui chasse la dame

berger_chien

Conclusion : l’intérêt du coup du berger

Le coup du berger est bien l’attaque la plus directe, mais pas la plus discrète. Il ne doit pas vous faire peur. Il permet des victoires éclair, mais le joueur qui a compris le principe du jeu ne risquera pas de se faire abuser. En conséquence, il est utilisable uniquement contre les débutants. Et contre les joueurs plus sérieux, il vaut mieux s’attaquer au contrôle du centre de manière plus stratège.